Infections bactériennes : des nano-éponges mangeuses de toxines

Pour l’instant, les chercheurs de l’Université de San Diego, qui viennent de mettre au point ces éponges microscopiques mangeuses de toxines, ont testé leur procédé uniquement sur les souris. Mais les résultats de l’expérience leur semblent suffisamment prometteurs pour poursuivre leurs recherches et adapter ces nano-éponges à plusieurs agents pathogènes. Dans leur première expérience, ils ont injecté ces nano-éponges dans des souris, qui ont ensuite été exposées à un staphylocoque doré résistant à plusieurs souches d’antibiotiques. Le résultat est encourageant puisque 89% des souris ont survécu alors que le staphylocoque aurait dû leur être fatal. >> A lire aussi : Qu’est-ce qu’une bactérie résistante ? « Ces éponges microscopiques ne sont pas rejetées par le corps car nous les avons « habillées » de membranes de globules rouges. Ainsi déguisées en cellules normales, elles agissent comme un leurre qui attire les toxines avant de les détruire en perçant des trous dans leur membrane cellulaire » explique le Pr Liangfang Zhang, de l’Université de San Diego dans le webzine Nature Nanotechnology. Une fois qu’elles ont effectué leur travail, les nano-éponges sont éliminées par le foie, qui ne semble pas souffrir d’effets secondaires. Ces nano-éponges d’environ 85 nanomètres de diamètre représentent une manière prometteuse d’éliminer les toxines du sang, notamment après une piqû re de guêpe ou une morsure de serpent. Mais les chercheurs estiment que cette technologie pourrait permettre de traiter certaines tumeurs cancéreuses en acheminant le traitement directement jusqu’aux cellules cancéreuses afin de les éliminer.


Lire la suite de l'article


Accouchement : il peut provoquer un syndrome de stress post-traumatique... chez les pères !

Topsanté - Le 16 Avril 2013

| Catégorie : Beauté  
Selon des chercheurs de l’Université d’Oxford, les services de néonatologie ne prêtent pas assez attention aux pères en cas d’accouchement difficile. Certes, s’il est normal de s’occuper en priorité de la mère lorsqu’il y a des

Rein : une solution pour résoudre l’insuffisance rénale ?

Topsanté - Le 16 Avril 2013

| Catégorie : Beauté  
Ce prototype de rein recréé en laboratoire donne de l’espoir aux personnes souffrant d’insuffisance rénale. Des scientifiques du Massachusetts General Hospital de Boston ont réussi à fabriquer un rein et à l’implanter sur des rats. Cette

Dyslexie : le problème vient du cerveau

Topsanté - Le 16 Avril 2013

| Catégorie : Beauté  
Alors que la dyslexie est souvent assimilée à une paresse chez l'enfant, des chercheurs français ont révélé que le dysfonctionnement se trouve, en réalité, au niveau du cerveau. Ce trouble se manifeste par une difficulté particulière au moment